Story
LE CHARBON DURABLE MONTRE LA VOIE À SUIVRE EN ANGOLA

Le PNUD aide les agriculteurs à préserver leurs revenus et les forêts

« Nous savons maintenant que chaque fois que nous abattons un arbre, nous devons en planter un autre pour maintenir notre production durable », reconnaît Maria Ayondela, une productrice de charbon de bois à Capato, une petite collectivité nichée dans des forêts anciennes de Miombo en Angola. 

Le charbon de bois est un élément important de l’économie angolaise. C’est une source d’énergie vitale pour des personnes vivant dans les villes et une source de revenus pour des familles rurales comme celle de Maria. 

Le marché du charbon de bois se développe au fur et à mesure qu’un nombre croissant de personnes migrent vers les villes, un exode qui représente aussi bien des opportunités que des défis pour les producteurs de charbon de bois. La déforestation est une menace majeure pour un avenir durable en Angola. Entre 1990 et 2015, les forêts de Miombo ont diminué de près d’un cinquième. 

« Nous savons maintenant que chaque fois que nous abattons un arbre, nous devons en planter un autre pour maintenir notre production durable », reconnaît Maria Ayondela (devant sur la photo), une productrice de charbon de bois à Capato. ​

Préserver cette ressource ancienne et les emplois qu’elle entretient est devenu une priorité pour l’Angola. En plus des revenus qu’il génère, l’écosystème forestier préserve la biodiversité et les ressources en eau et protège contre les conditions météorologiques extrêmes. Il fournit également aux collectivités locales comme Capato divers insectes, fruits, graines et autres ressources naturelles utilisés dans la fabrication de médicaments et comme nutriments essentiels. Utilisant le Programme 2030 et les objectifs de développement durable (ODD) comme modèle de développement inclusif, le pays travaille avec des partenaires pour aider les communautés rurales à bâtir un avenir durable. 

Le PNUD, en collaboration avec le Fonds pour l’environnement mondial, le ministère angolais de l’Environnement, les universités et la société civile, forme les communautés à la récolte durable de bois, au renforcement des activités de reboisement et à la démarche consistant à associer les femmes et les hommes sur un pied d’égalité. 

Des communautés comme celle de Maria sont désormais en première du changement durable et équitable. 

Marcelino Saculanda est un producteur de charbon de bois dans la ville voisine de Huambo (Calonga), une autre collectivité qui travaille avec le partenariat. « Notre projet de production de charbon de bois est largement attaché à la durabilité des forêts, car nous nous soucions de la prochaine génération », dit-il. 

L’industrie du charbon de bois est en grande partie informelle, ce qui suppose souvent une mauvaise gestion des ressources naturelles.

Les partenaires de l’Angola aident les communautés à établir des plans locaux de gestion durable des forêts.

Selon les estimations, ils sont environ 100 000 travailleurs qui ont pour activité la collecte de bois et la production de charbon de bois, et ce en grande partie sans informations ni conseils sur la réglementation. 


Les formations mettent surtout l’accent sur les méthodes que les travailleurs peuvent appliquer et transmettre aux autres, le renforcement de la sensibilisation à l’environnement et la connaissance des avantages de l’entretien durable des forêts. 

« Ce projet est important pour nous, car une fois que vous avez coupé un arbre, vous devez en planter un autre afin de préserver la nature », explique Carolina Capunga, une productrice de charbon de bois à Huambo (Calonga). 

Les partenaires aident également les communautés à établir des plans locaux de gestion durable des zones boisées, en commençant par l’enregistrement du nombre, des types et des tailles des arbres. Les essences qui poussent bien et ont les bonnes propriétés de combustion requises pour le charbon de bois sont répertoriées et cultivées dans des pépinières pour une récolte à long terme. Les travailleurs peuvent ainsi continuer de produire tout en préservant la forêt. 

« Nous plantons des arbres dans chaque village où nous travaillons. En ce moment, nous en comptons 7 846 pour les quatre villages », se félicite Adilson Mavinga. 

Malgré l’abattage des arbres ces dernières années, les forêts de Miombo ont la possibilité de se régénérer. En l’absence de toute perturbation, les superficies exploitées pour la production de charbon de bois pourraient se régénérer totalement au bout de 20 ans. Certes de nombreuses améliorations restent à apporter dans les modes d’exploitation des forêts de Miombo, mais les avancées réalisées grâce à ce projet représentent une étape importante vers le charbon de bois durable. 

Pour autant, la gestion forestière n’est que le début du processus de création d’un secteur du charbon de bois entièrement durable. Des améliorations peuvent être apportées sur l’ensemble de la chaîne de valeur, car après la récolte, le charbon de bois est carbonisé, transporté, distribué et brûlé. 

Le partenariat continuera de fonctionner selon cette approche holistique, couvrant les aspects sociaux, économiques et environnementaux du développement. Il attache du prix à un approvisionnement, une fabrication et une distribution durables. 

La mise en place d’une chaîne de production de charbon de bois durable est essentielle au développement à long terme de l’Angola. Elle réduira les émissions de gaz à effet de serre et la pollution tout en créant des emplois et en préservant les forêts de Miombo – une approche intégrée qui jette les bases d’un avenir durable pour les communautés rurales d’Angola. 

Le PNUD, en collaboration avec le Fonds pour l’environnement mondial, le ministère angolais de l’Environnement, les universités et la société civile, montre aux communautés les techniques de récolte durable de bois, de renforcement des activités de reboisement et d’association des femmes et des hommes aux activités sur un pied d’égalité. ​

-----Texte: Ariana Caruso, Stagiaire en communication, PNUD ​
Photo: PNUD Angola
Twitter: @UNDPAngola  @SDGintegration